Contre l’oubli Ajouad Algérie Mémoires vous invite

dimanche 4 mars 2012

Ajouad Algérie Mémoires vous invite à sa deuxième rencontre contre l’oubli des victimes du terrorisme intégriste en Algérie le samedi 24 mars à 18h30 au Polygone Etoilé, 1 rue Massabo
13002 Marseille. 04 91 91 58 23.

Au programme : Le court métrage d’Amal Kateb « On ne mourra pas » suivi d’un débat.

Nous vous invitons également à un pot de l’amitié accompagné de musique.

Merci de diffuser l’information autour de vous.

Amicalement.

Amel FARDEHEB DAHANE.
Secrétaire générale de l’association Ajouad Algérie Mémoires.

Appel du 22 mars

L’Algérie a connu pendant ladite décennie noire l’une des périodes les plus dramatiques de son histoire post indépendante. Une période faite de larmes, de sang et de deuil avec plus de 200000 morts. L’islamisme, idéologie intégriste et réactionnaire a menacé l’Algérie dans son existence en tant que nation et société. L’histoire retiendra que c’est la résistance citoyenne qui a su mener un combat contre la menace totalitaire !

Aujourd’hui, des années après ce drame, c’est notre histoire et la mémoire de nos victimes qui se trouvent menacées par les lois d’amnistie : lois infâmes, abjectes et humiliantes. Au nom d’une politique injuste et méprisante, les crimes seront à jamais impunis, pire, une amnésie est organisée au profit des terroristes, des criminels, à travers la charte « dite » de réconciliation nationale. Le danger intégriste reste plus que jamais présent. C’est dans ce contexte que l’initiative Ajouad est née. Elle porte cette volonté de prolonger le combat par un travail mémoriel, et a fait du 22 mars la journée contre l’oubli.

Le travail d’Ajouad Algérie Mémoires, commencé il y a deux ans, sera sans doute long mais néanmoins vital et existentiel. Il se doit d’être aussi minutieux que consciencieux dans cette tâche qui se doit de recenser les personnes assassinées et rassembler les informations liées aux évènements qui ont ensanglanté le pays.

Ajouad Algérie Mémoires s’engage à faire sortir de l’oubli les ouvres (écrits, chansons, pièces de théâtres, critiques.) d’une élite sacrifiée, mais aussi le vécu de tout un peuple pris en otage, afin que nul ne les oublie.

Nous sommes de plus en plus nombreux à nous investir dans ce travail de mémoire. C’est pour nous un devoir, un acte de refus.

Face au drame qui n’a épargné aucune famille, aux chagrins inconsolables des mères, pères, enfants, épouses, Ajouad Algérie Mémoires célèbre l’honneur et la dignité de ceux qui ont été assassinés.

Ajouad Algérie Mémoires ne cultive ni haine, ni ne sombre dans la victimologie, mais refuse l’oubli de ses victimes, refuse la falsification de l’Histoire de son Pays.

Brisons ces silences honteux et soyons nombreux le 22 mars prochain pour la Journée contre l’Oubli. Cette journée sera un repère pour les générations à venir. Elle empêchera toute abdication et dressera une digue contre toute compromission ou reniement. Ce sera le rendez-vous avec l’histoire à travers chaque nom de martyr de la démocratie pour célébrer les valeurs qu’il défendait : des valeurs de liberté de justice et de fraternité.

Faisons de cette journée un acte salvateur contre le négationnisme et autre révisionnisme. Notre mémoire collective est notre patrimoine commun. Elle anime, à travers chacun d’entre nous, le rêve de ceux qui ont donné leur vie pour que leurs enfants et la jeunesse algérienne puissent vivre dans un pays libre, démocratique et juste.

Gloire à nos martyrs !

Ajouad Algérie Mémoires