Vertus de la grève.

mardi 4 mai 2010
par  Alger républicain

Tout le monde s’accorde ? reconnaitre que seuls trois instruments de protestations sont laissés aux Algériens. La harga, c’est pour dire tchao-bye bye ? bled Miqi gouverné par les pieds nickelés, quand ce n’est pas carrément par les frères Dalton. Désespérés, les jeunes préfèrent servir de victuailles aux poissons plutôt que de proie ? la chiourme et ? la galère qui leur servent de nation. Les émeutes, dont on joue dans notre pays plus d’un remake par jour d’inégale magnitude, c’est l’expression du ras le bol devant l’impossibilité d’être écoutés pacifiquement. En plus d’être nickelés, les pieds sont sourds. Enfin, les suicides, c’est un peu la synthèse des deux. Chapeau, les frères, d’aligner comme bilan ce nouveau triptyque « révolutionnaire » : harga, émeutes, suicide.

Mais des trois, celui que je préfère est le quatrième : la grève. On en parle peu, mais tous les jours des grèves passent hélas inaperçues laissant croire que les Algériens ont définitivement baissé les bras et qu’ils ne luttent plus. Erreur. Pendant qu’ ? travers des signes de plus en plus inquiétants, on voit le système partir en lambeaux, les salariés, eux, au contraire, redécouvrent la grève pour se faire entendre. Travailleurs de la zone industrielle de Rouiba, enseignants, médecins, pour ne citer que les grosses grèves, offrent le spectacle rassurant d’un pays qui se réveille. Tous revendiquent bien sûr une meilleure rémunération de leur travail, de meilleures conditions pour exercer chacun son métier et partant, une plus grande qualité de leur apport a l’économie nationale et parfois au service public. Ils font donc grève pour eux mais aussi et surtout pour nous. Pour que nous réapprenions que la grève est un moment de mobilisation pacifique et formateur qui enseigne la lutte et le partage. Il montre aussi, aux autres, que le dialogue est un moyen de construire un consensus qui empêchera le recours ? l’émeute.

Arezki Metref


Article publié dans la version papier Alger républicain de mars-avril 2010. Disponible dans certains kiosques d’Alger, Tizi Ouzou, Béjaïa, Oran, Constantine.

Pour l’étranger, Alger républicain est également disponible sur contact auprès de : « Association Les amis d’Alger républicain en France – Maison des associations – 28, rue Victor Hugo – 92 240 Malakoff - France »


Navigation