Hommage aux amis et aux camarades disparus

Articles publiés dans cette rubrique

mardi 18 juillet 2017

Mohamed-Lakhdar Benhassine ou l’honneur sauvé de l’université algérienne*

Il y a toujours dans une université, en Algérie comme ailleurs, un professeur émérite avant l’âge, un doyen sans titre, une sorte de haut gradé de l’intelligence dont les lumières continueront toujours de briller à la manière d’un phare dont le mérite est d’éviter l’errance ou l’échouage à ceux qui l’approchent.

Il y a toujours dans une université, en Algérie comme ailleurs, un professeur qui, tout en irriguant régulièrement les revues scientifiques et les journaux par ses analyses, garde une oreille attentive au souffle et aux espérances de son peuple, plus particulièrement aux plus précaires de ses compatriotes.

Bachir Dahak

mercredi 12 juillet 2017
par  Alger républicain

« Je souris ». La guerre d’indépendance de Boualem Khalfa (1923-2017)

JPEG - 11.3 ko
Fausse carte d’identité de Boualem Khalfa, alias Bernard Karsenti, saisie par la DST en 1957.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.


Je suis un combattant au service de mon pays et je revendique hautement d’avoir aidé à la libération de mon pays.
Je suis très heureux d’avoir été à la direction de mon Parti Communiste Algérien.
Je ne reconnais pas au tribunal le droit de me juger.
Je n’ai rien à dire sur les faits qui me sont reprochés.
Il est possible que « SAM » ait été un de mes surnoms.
Je ne reconnais rien de ce qui m’est reproché.
Je connais des centaines de militants.
J’ai vécu à Oran en restant en contact avec plusieurs militants.
Je souris parce que dans les rapports de la police il y a beaucoup de romans feuilleton.

Déclaration de Boualem Khalfa lors de sa comparution devant le tribunal des Forces armées d’Oran le 27 novembre 1957

P.-J. Le Foll-Luciani
9 juillet 2017

mercredi 12 juillet 2017
par  Alger republicain

Décès de Abdelkrim Mehenni dit Kerroum

Notre ami, Abdelkrim Mehenni, s’est éteint samedi 8 juillet, à Paris. La triste nouvelle a été annoncée par le quotidien l’Humanité dans son édition du 11 juillet. Le corps doit être rapatrié aujourd’hui mercredi. Il sera inhumé à Constantine, sa ville natale.

Kerroum comme on l’appelait affectueusement, a adhéré au Parti de l’avant-garde socialiste (PAGS) au début des années 1970 quand il était étudiant à l’Université de Constantine.

Se sentant lui aussi menacé par les groupes du terrorisme obscurantiste, Mehenni dut se réfugier dans les années 1990 en France.

AR

mercredi 12 juillet 2017
par  Alger republicain

Inhumation de Boualem Khalfa

Dans l’oraison funèbre, Zoheir Bessa, directeur d’Alger républicain et membre dirigeant du PADS, a retracé les grands moments de la vie de Boualem Khalfa, les idéaux pour lesquels il s’était battu depuis son plus jeune âge,... les principes qui l’ont toujours guidé, sa grande honnêteté sa rigueur et ses exigences envers lui-même.

Il a rappelé les principaux enseignements qu’il tenait à transmettre aux générations nouvelles à partir d’une approche critique et autocritique des luttes du mouvement communiste international. Ils se nourrissent des leçons que Boualem avait tirées des victoires et des erreurs du mouvement communiste, des premières analyses des causes de la victoire historiquement momentanée de la contre-révolution en URSS et dans les autres pays socialistes.

C’est la vie d’un homme véritable, incarnation d’un dévouement exemplaire au service de l’émancipation des exploités et des opprimés de tous les pays qui a été exposée.

C’est un jeune parent de Boualem qui a conclu en une remarquable synthèse que : « la boussole qui le guidait en toutes circonstances, en particulier dans les moments de grandes confusions idéologiques, était la défense intransigeante des intérêts matériels et politique de classe des exploités et des opprimés. »

AR
11-07-2017

lundi 10 juillet 2017
par  Alger républicain

Information sur la décision de la baptisation de la clinique Larribère annoncée officiellement

Nous avons reçu aujour’hui, l’information qui nous apprend que la baptisation de la clinique Larribère à Oran a été anoncée officiellement enfin par les autorités concernées à savoir : la direction des moudjahines.

Nous publions ci-après la lettre informative de l’AFEPEC qui a mené la bataille et a obtenu ce résultat.

AR