Guerres de l’impérialisme contre les peuples


Articles publiés dans cette rubrique

lundi 6 février 2017

La bataille de Stalingrad, il y a 74 ans

Qu’ils soient auteurs, historiens ou encore mémorialistes, beaucoup sont d’avis que la bataille de Stalingrad, sans pareille dans l’histoire mondiale tant par son envergure, son niveau de tension et le nombre de forces y participant, a été décisive dans le renversement de la guerre.

La bataille de Stalingrad a pris fin il y a 74 ans jour pour jour, le 2 février 1943.

in Sputnik
02.02.17

JPEG - 67.5 ko
Stalingrad en feu
D.R

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

vendredi 16 décembre 2016
par  Alger républicain

Haïti l’insoumise, martyrisée pendant des siècles, cherche aujourd’hui encore à se libérer de l’emprise impérialiste (1re partie)

Christophe Colomb de malheur comme le qualifient les Indiens d’Amérique, ce personnage diabolique que les Occidentaux présentent de façon outrancière sous les traits d’un héros et d’un grand scientifique, n’était en fait, qu’un vulgaire chercheur d’or. C’était surtout un véritable colonisateur. Chaque fois qu’il prenait possession d’un territoire, il le décrétait territoire de sa majesté le roi d’Espagne.

Mais sa première préoccupation, dès qu’il mettait pieds à terre, c’était la recherche des mines d’or. Il voulait de grandes quantités d’or pour financer les croisades. D’ailleurs, son expédition a été financée dans sa presque totalité par l’Eglise qui a joué un rôle déterminant dans toute l’opération coloniale de l’Espagne. L’Eglise s’est enrichie outrageusement et doit son immense fortune au pillage massif des grandes richesses de ces régions.

Liès Sahoura
16.12.16

mercredi 27 juillet 2016
par  Alger républicain

Il y a quatre vingt ans, la Guerre d’Espagne Faut-il ne plus y penser ?

JPEG - 11.5 ko

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

L’oubli, volontaire ou pas, n’efface pas tout. Il reste parfois des parcelles de vérités historiques bien gravées. Il reste, malgré des silences trop lourds à porter, des traces de l’Histoire ineffaçables.

Qui, dans notre pays, évoque la guerre d’Espagne ? Qui, dans notre pays, sait que des femmes et des hommes, de toutes origines, des Arabo-berbères, des Juifs, des Européens se sont engagés dans les Brigades internationales pour aller combattre militairement le fascisme par solidarité avec le peuple de ce pays voisin qui refusait la dictature.

Un auteur, Georges Gonzalez, dont je ne soupçonnais pas même l’existence vient, non sans talent et avec objectivité nous apprendre des bribes de notre histoire encore inconnues de nombreux Algériens en particulier des jeunes de notre pays.

.

Malik Antar
20.07.16

lundi 30 mai 2016
par  Alger républicain

Obama, le discret est allé au Japon : Hiroshima, Nagasaki, mes amours, mes larmes mais il ne suffit pas de pleurer

Soixante et onze ans plus tard - il en a fallu du temps ! Barack Obama, le président US s’est rendu sur les lieux-mêmes de ce massacre colossal. Il y a tenu un discours sans relief aucun [...]

L’impérialisme US et les autres comme le français d’abord en Indochine à Madagascar puis en Algérie, et ailleurs, n’ont jamais hésité à utiliser d’autres armes terrifiantes telles le napalm - notre peuple le sait bien pour l’avoir subi - et autres armes chimiques tel l’agent orange, largement utilisées au Viet Nam ou encore la fomentation de coups d’Etat en Amérique Latine, au Moyen Orient ou par la France impérialiste en Afrique.

.

Malik Antar
27.05.16

dimanche 8 mai 2016

Madagascar 1947 : révolution contre le colonialisme français

JPEG - 16.9 ko
Comment se conduisaient les gouverneurs français à Madagascar ...
D.R

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

En mars 1947, c’est l’insurrection de Madagascar. La France va mettre cinq mois à l’écraser, malgré la violence de la répression.[...]

Dans la nuit du 29 au 30 mars 1947, toute la partie Est de l’île se soulève, contre la misère, contre les exactions des Européens et du pouvoir colonial. C’est une explosion spontanée. Cela se voit notamment au fait que, sans armes, l’insurrection le restera jusqu’à la fin de l’année 1948. Les plus pauvres, les plus opprimés se mobilisent, n’ont plus peur de la répression, ne reviendront plus en arrière.[...]

Les Européens, survoltés, organisent une véritable milice de tueurs et le carnage commence.

.

in Matière et révolution