Le colonialisme français en Algérie


Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 13 juillet 2016

Promulgation du code l’indigénat en Algérie le...

JPEG - 40 ko

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Il y a 135 ans, le 28 juin 1881, le gouvernement français adoptait l’odieux « code de l’indigénat » pour sa colonie algérienne qui a été étendu en 1887 l’ensemble des colonies françaises.

.

Said Bouamama
FUIQP (Front uni des immigrations et des quartiers populaires)

jeudi 9 juin 2016

Les crânes de l’amnésie et la descendance du colonialisme français*

JPEG - 35.6 ko
GRAVURE EXTRAITE DU LIVRE L’ARMÉE D’AFRIQUE DEPUIS LA CONQUÊTE D’ALGER, 1888, PAR LE DR F. QUESNOY, ANCIENDECIN INSPECTEUR DU SERVICE DE SANTÉ DES ARMÉES.
DR

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Les têtes de Bou Zian, de son fils, de Si Moussa insurgés de Zaatcha et de nombreux autres, sont encore entreposées à ce jour dans les sous-sols du musée de l’Homme, à Paris.

Nous pensons que l’Algérie devra rendre l’hommage qu’ils méritent à ces chouhadas assassinés par le colonialisme français alors qu’il défendaient leur terre de l’occupation et dont les corps ont été jetés dans des boites d’archives sans que des funérailles leur soient concédées y compris jusqu’à 54 ans après l’indépendance de notre pays.

Des funérailles nationales devront être organisées pour leur dire merci et pour exprimer la gratittude d’un peuple né de leur sacrifice.

Aujourd’hui que l’argent du pétrole coule encore à flots quoique l’on déclarât, il conviendrait de se souvenir qu’un peuple de patriotes, de travailleurs, de femmes, de paysans modestes et déterminé à la liberté, s’est sacrifié pendant plus d’un siècle. Il continue encore à être celui qui donne toujours le meilleur de lui même et qui ne reçoit en échange que le devoir de poursuivre le sacrifice.

.

AR
09.06.16

.

Lire ci après, l’article de Rosa Moussaoui publié dans l’Humanité le 08.06.16

dimanche 8 mai 2016
par  Alger républicain

Le 8 mai 1945 Le grand massacre, prélude à la guerre de libération nationale.

Les pouvoirs français, de toutes obédiences, ont toujours omis de rappeler à leurs mauvais souvenirs les massacres massifs du 8 mai 1945 dont ils furent pourtant les auteurs et responsables dans l’est du pays, particulièrement à Sétif, Kherrata et Guelma. [...]

Au-delà de leurs grands mots, de leur belle devise, ils ont récidivé peu après à Madagascar faisant impitoyablement près de 110.000 morts [1] et plus tard au Viet Nam où les victimes ont été comptées par millions et dans d’autres pays africains.

.

Malik Antar
07.05.16

dimanche 8 mai 2016
par  Alger républicain

Massacres du 8 mai 1945 : fin tragique d’une marche pacifique

SETIF - La marche pacifique engagée dans la matinée du 8 mai 1945 près de la mosquée de la gare de Sétif s’était achevée par l’assassinat de milliers de civils algériens par la France coloniale dans cette partie du pays et dans d’autres.

.

APS
07.05.16

mardi 8 mars 2016

Célébration du 8 mars à Guelma : hommage à la chahida Fatma-Zohra Regui

C’est l’histoire d’une battante ayant osé défier, comme tout esprit de fierté, le mépris de la femme algérienne chez les colons à Guelma et ailleurs Symbole de l’émancipation de la femme musulmane qui s’est affranchie, jusque-là, d’une tenue vestimentaire conservatrice de l’époque, le voile noir, appelé communément à l’Est algérien « lamlaya ».

.

Article repris du Soir d’Algérie

du 7 mars 2016